top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurEmilie Doby

Les bases de la Communication Non Violente

Dernière mise à jour : 24 déc. 2021


Vous êtes vous déjà senti(e) incompris(e) ? Malgré des dizaines de remarques, votre interlocuteur ne semble pas respecter vos besoins ? Combien avez-vous vécu de situations qui se sont soldées par des conflits par manque de compréhension mutuelle et de communication ? Savons-nous seulement nous exprimer clairement pour que l'autre puisse nous comprendre ? La communication non violente et ses 4 piliers sont des outils formidables pour cela. Marshall Rosenberg a décrit 4 étapes qu'on peut résumer ainsi : O S B D



On oublie souvent que la personne face à nous n'est pas dans notre tête, qu'elle a son propre mode de pensée lié à sa personnalité, son vécu, ses propres émotions. Si on veut qu'elle entende le message que l'on veut lui donner il nous faut l'exprimer clairement et sans jugement. On fait trop souvent des suppositions au sujet de ce que l'autre à voulu dire et ces suppositions sont le fruit de notre propre mode de pensée, qui n'a rien à voir avec celui de notre interlocuteur. Vous voyez où je veux en venir ?


Une plainte n'est pas une demande


En énonçant les faits, on remet les choses dans leur contexte objectivement de manière à ce que chacun puisse se remettre dans la situation. De là, il nous est possible d'expliquer ce qu'on a ressenti dans la situation et exprimer nos besoins et proposer une stratégie, une demande pour que la situation ne se reproduise pas. Exemple : " lorsque j'ai entendu cette blague à mon sujet, je me suis senti mal à l'aise face au groupe, je me suis sentie humilié et cela m'a attristé. J'ai besoin de me sentir en sécurité et respecté, j'aimerai que tu évites ce genre de blague s'il te plaît." Une demande claire est formulée et le dialogue n'est pas fermé.

Autre exemple, face aux chaussures de vos enfants qui traînent sans arrêt dans l'entrée, un " Y'en a marre de toutes ces chaussures dans l'entrée, j'ai encore failli tomber" ne constitue pas une demande claire, c'est une plainte. En CNV, ça pourrait donner ceci : " Je me suis pris les pieds dans vos chaussures en rentrant, j'ai failli tomber. J'ai eu peur. J'ai besoin de me sentir en sécurité et de pouvoir voir mon entrée rangée. Merci de ranger vos chaussures dans l'armoire."



Le principe est simple, en exprimant votre ressenti, vous permettez à l'autre de comprendre l'impact de ses actions, de ses paroles sur vous et vous ouvrez la discussion sur le sujet.


Pour pouvoir communiquer librement et clairement avec l'autre vous avez besoin de comprendre ce que vous ressentez, vous avez besoin de connaître vos besoins fondamentaux.






A vous de jouer !


46 vues0 commentaire

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page